Il y a de nombreux facteurs qui entrent en compte dans la notion de confort d’habitation d’un logement. On en recense quatre principaux, à savoir :

  • La température de l’air ambiant, ou température de l’air ;
  • La température des parois;
  • Les mouvements d’air (qui accélèrent les échanges thermiques par convection au niveau de la peau) ;
  • L’humidité relative de l’air.

confort-isolation-et-temperature-ressentie
Crédit illustration : Info Energie Rhône-Alpes / Griffin – CC BY SA

La seule température intérieure de l’air ne suffit pas à qualifier le confort d’habitation : en hiver, il ne suffit pas que l’air soit chaud dans une pièce pour qu’on s’y sente bien, tout comme la présence d’un courant d’air en été rend supportable la chaleur ambiante. On appelle « température effectivement ressentie » la résultante de ces quatre paramètres, qui correspond donc à une sensation physiologique effective.

La température ressentie est définie par la moyenne entre la température des parois et celle de l’air. Sur le diagramme ci-dessous on reporte les ambiances qui résultent de la variation de ces paramètres. La zone centrale en rouge correspond aux combinaisons de températures où la sensation est qualifiée d’agréable. Tout autour se situe une zone acceptable (en bleu) ; en dehors de ces zones on éprouve une sensation d’inconfort due à la chaleur ou au froid.

Concrètement, on observe qu’avec des parois à 17°C, un air chauffé à 19°C est suffisant pour que l’ambiance soit agréable. Par ailleurs, avec des parois à 20°C, un air à 16°C est suffisant pour que l’ambiance soit encore agréable ce qui, en termes d’économies de chauffage, est considérable.

En outre, une paroi froide dans un air chaud provoque une sensation désagréable de froid : la paroi joue le rôle de « radiateur froid », qui aspire les calories avoisinantes et notamment celles du corps par rayonnement thermique. La sensation d’inconfort devient non négligeable à partir d’un différentiel de 4°C entre la température de la paroi et celle de l’air.temperature-interieure-et-confort

Des travaux de rénovation énergétique vont agir sur les différents paramètres pour améliorer sensiblement le confort d’habitation d’un logement :

  • avec une enveloppe mieux isolée (planchers, murs, baies et plafonds), l’effet « paroi froide » sera grandement diminué,
  • une meilleure étanchéité à l’air (surtout en cas de remplacement des fenêtres) limitera les mouvements d’air froid très désagréables,
  • la mise en place d’une ventilation mécanique contrôlée permettra de réguler l’humidité ambiante (un air humide est plus difficile à chauffer et sera ressenti comme plus froid qu’un air sec).